Gestion des déchets

L’installation de stockage de déchets de Gadji, Païta, exploitée par la Calédonienne de Services Publics, ayant récemment intégré le groupe Fidelio, est le maillon final indispensable au traitement des déchets ménagers ou assimilés (Déchets non dangereux des ménages ou provenant des entreprises industrielles, des artisans, commerçants, écoles, services publics, hôpitaux, services tertiaires et collectés dans les mêmes conditions). Ces déchets aboutissent à cette installation par différentes voies d’acheminement qui peuvent être :

  • L’apport direct sur le site
  • Les apports via les quais d’apport volontaire pour les particuliers
  • Le transfert via un centre de transfert
  • La collecte en porte à porte.

A l’entrée de ce site, tous les déchets sont contrôlés (présence de radioactivité, conformité réglementaire, contrôle visuel par caméra) et pesées. Ils sont ensuite vidés dans des unités de stockage, appelés casiers, eux-mêmes divisés en alvéoles, où ils sont compactés. Les casiers sont construits de telles sortes qu’ils soient étanches. Avant l’exploitation, un fond de forme est terrassé. Plusieurs couches de différents matériaux sont mis en place (argiles compactées, géomembranes en PeHD, géo synthétique bentonitique, géosynthétique anti poinçonnement). Un réseau de drainage est installé en fond pour permettre de collecter les lixiviats (jus de décharge). Après avoir été validés, ses dispositifs permettent ainsi de garantir une étanchéité à long terme. Les déchets sont ensuite régalés puis compactés jusqu’à atteindre un taux de remplissage prédéfini. A la fin de l’exploitation d’un casier, ce dernier est réhabilité. Une couverture finale revégétalisée est mise en place. La fermentation naturelle des déchets enfouis produit du biogaz qui est capté par l’intermédiaire d’un réseau de puits de collecte.

Le trajet des déchets :

Les déchets sont collectés via les différentes voies vues précédemment :

_NCP2824– L’apport direct sur le site : Tout industriel peut, sous réserve de respecter les conditions d’acceptation (conformité des déchets) apporter et vider ses déchets sur le site de Gadji. Certaines collectes en porte à porte sont aussi accueillies directement sur le site de Gadji

– L’apport en quai d’apport volontaire pour les particuliers: Un réseau de QAV est présent sur le périmètre du Grand Nouméa (dont une installation sur le site même de Gadji) et sur le territoire. Ces installations proposent aux particuliers une solution adaptée pour des apports en faible quantité. Les QAV permettent de plus un tri de déchets qui permettra leur valorisation (ferrailles, déchets verts , DEEE,…) ou un traitement adapté (piles, batteries…).

– Le transfert via le centre de transfert, de tri et de valorisation de Ducos : Afin de permettre une collecte au plus près des producteurs, la CSP dispose d’un site situé à Ducos. Il propose des solutions à la majorité des apporteurs potentiels (entreprises, industriels, particuliers, artisans) afin de traiter leurs déchets et de fournir les mêmes possibilités de valorisation que les quais d’apport volontaire. Il est de plus équipé d’une station de traitement de déchets liquides biodégradables (fosses septiques). Par ce site transitent aussi les ordures collectées en porte à porte par les opérateurs désignés par les différentes municipalités. L’ensemble de ces produits sont ensuite transférés vers Gadji par des semi remorques adaptés, permettant de réduire le nombre de camion sur le trajet entre Ducos et Gadji et par la même de diminuer l’impact écologique du traitement des déchets. Une fraction de ces déchets est redirigée vers les filières existantes pour leur valorisation, en partenariat avec l’éco-organisme Trecodec (pneus, piles, batteries, ferraille, alu, métaux non ferreux, DEEE, Plastiques, Papier, carton,…)

Sur les sites sont mis en place des unités pilotes (compostage, valorisation…) participant au développement et à la validation de ces filières. La CSP est par ailleurs associée à de nombreux partenaires dans le cadre du déploiement de la filières alternatives et pilote des projets en ce sens (tri, recyclage…).

Ainsi la Calédonienne de Services Publics gère des outils de développement durable au service des administrés et des entreprises en respectant, par des choix techniques adaptés, les normes environnementales et se place en tant qu’élément moteur dans l’évolution des filières alternatives de traitement et de valorisation.

Le devenir des lixiviats et des biogaz :

Les lixiviats collectés sont stockés dans des bassins de stockage. Ils sont ensuite traités par un procédé d’osmose inverse.
Les biogaz collectés, grâce à leur fort pouvoir calorique pourront ensuite être transformés en énergie électrique.
Le site de stockage est une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE) soumise à autorisation. Elle est, à ce titre, suivie par l’inspection des installations classées qui veille au respect des normes environnementales en vigueur. La CSP est assurée et elle a apporté les garanties financières nécessaires. 
Le site de Gadji dispose enfin d’une unité permettant la valorisation des pneus par broyage pour utilisation in situ lors des travaux sur site.

Chiffres clés 2014 :

Nombre de salariés : 66
Tonnage de déchets traités : 194 806 tonnes
Dont :

  • 68 000 tonnes d’ordures ménagères (OM)
  • 20 000 tonnes de déchets verts (DV)
  • 42 000 tonnes de déchets industriels banals (DIB)
  • 14 000 tonnes de déchets liquides biodégradables (DLB)
  • 3 000 tonnes de pneus usagés (PU).

Schéma de la collecte et du traitement des déchets :